" ASSOCIATION NIe POUR LA DEFENSE DES BIENS PATRIMONIAUX FRANCAIS EN TUNISIE (A.D.E.P.T.)
110, Route de l'Etang 78750 Mareil Marly Tél.fax 01 39 58 69 24
Site: http://www.adept-tunisie.com  E-mail Gilbert.Orrand@orange. Fr

MEMOIRE sur les Rapatriés et l 'Armée d'Afrique

Amérique, Canada, Australie et Nouvelle Zélande ont revendiqué et obtenu leur indépendance, sans pour autant éprouver la moindre repentance pour leur passé colonial. Après avoir massacré et parqué les Indiens dans des réserves, les USA prétendent même donner au Monde des leçons d'anticolonialisme. Par contre, la France a abandonné ses ressortissants envoyés dans la Belle Province, puis vendu la Louisiane aux Américains, aidés par LA FAYETTE dans leur Guerre d'Indépendance.
Au XIXe siècle, notre pays se lance à nouveau dans la colonisation et incite nos ascendants à s'expatrier pour mettre ces territoires en valeur. Mais, comme dans le passé, elle finit par abandonner, condamner et ruiner ces Français qui lui avaient fait confiance, dont ses libérateurs de 1944-45, les anciens combattants de l'Armée d'Afrique. En outre, elle se repent désormais de son passé colonial.
Cette période douloureuse mérite quelques précisions mal connues.

*
Après s'être remarquablement comportée en 1939-40, l'Armée d'Afrique est repliée en AFN pour y être réduite à la peau de chagrin prévue par la Convention d'Armistice. Mais elle est maintenue à un niveau opérationnel de 275 000 combattants par le Général Weygand nommé le 06 septembre 1940 «Délégué Général du Gouvernement en Afrique Française et Commandant en Chef des Forces Armées », et en juillet 1941 «Gouverneur Général de l'Algérie ».
Elle a alors la possibilité de couper son cordon ombilical d'autant que le Commandant en Chef des Forces Armées d'AFN est le Général JUIN, né à Bône. Mais notre Empire Colonial fait preuve d'un patriotisme sans limite.
Alerté en novembre 1941, HITLER exige le rappel immédiat de WEYGAND qui est ensuite arrêté par la Gestapo et interné (1).
Néanmoins, les Généraux Commandants Supérieurs continuent secrètement à renforcer leurs moyens, si bien que dès novembre 1942 une armée française est en mesure d'affronter dans le nord de la Tunisie les forces allemandes et italiennes refoulées de Lybie par la 8e Armée anglaise, et déversées par la Lutwaffe sur l'aéroport d'El Aouina, en banlieue de Tunis: Zouaves, Tirailleurs, Infanterie Coloniale, Légion, Spahis, un régiment de blindés légers, six escadrons de la Garde, deux régiments d'artillerie, dont un antiaérien, un régiment du Génie, soutenus par les Services (Train des Equipages, Matériel et Intendance), tiennent tête à l'Afrika
Korp. Nos troupes de Tunisie sont peu nombreuses, mal armées, mais bien entraînées et préparées à l'événement par le Gl De Lattre de Tassigny, Commandant Supérieur en Tunisie avant d'être muté à Montpellier après l'internement de Weygand. Elles s'accrochent à un terrain connu et, au prix de lourdes pertes, barrent pendant huit semaines l'accès aux couloirs de pénétration en Algérie, dans l'attente des renforts d'AFN et des Alliés en cours de débarquement.
La campagne de Tunisie constitue le premier acte de la reconquête de l'Europe occidentale, le baptême du feu pour l'Armée américaine, et la France y connaît un
début de résurrection depuis l'humiliation de 1940.
L 'histoire dira si Weygand a volontairement ignoré la convention d'armistice, ou si la mission secrète de son proconsulat était de sauvegarder l'Afrique du Nord par une armée capable de la défendre et de reprendre le combat. Libéré par les américains le 5 mai 1945, il revient en France le 8 mai pour être incarcéré sous l'inculpation d'atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat. Mais la Haute Cour de Justice désavoue le Pouvoir et prononçe un non lieu pour celui qui avait permis à la France de reprendre le combat dès 1942.
*
En 1944, de Gaulle finit par s'imposer aux Alliés grâce à la Mobilisation Générale de 750 000 hommes et femmes dans ce Continent, pour donner naissance au Corps Expéditionnaire Français (CEF) brillamment engagé en Italie sous les ordres du Général JUIN, à la Première Armée Française du Général DE LATTRE DE TASSIGNY débarquée sur les Cotes de Provence pour refouler l'ennemi jusqu'en Autriche, et à 15 000 des 18 000 hommes de la 2e D.B. du Général LECLERC qui, engagée en Normandie, libère Paris et Strasbourg.
Résistant de la première heure et l'un des fondateurs du RPF dans l'après guerre, le Colonel REMY rapporte qu'en 1947 (2), de Gaulle évoquant l'automne 1942 lui avait déclaré: « Voyez-vous, Rémy, il faut que la France ait toujours deux cordes à son arc. En juin 1940, il lui fallait la corde Pétain aussi bien que la corde de Gaulle.
je ne comprendrai jamais pourquoi le Maréchal n'estpas parti pour Alger en 1942. Les Américains l'eussent embrassé, les Anglais auraient suivi, et nous, mon pauvre Remy, n'aurions pas pesé bien lourd dans la balance! Le Maréchal serait rentré à Paris sur un cheval blanc.» «La foudre fut tombée sur ma tête, qu'elle ne m'aurait pas laissé plus étonné», écrit Rémy. (2)
Néanmoins, de Gaulle traduit Weygand en Haute Cour de justice et, rééditant le passé, décolonise en 1962, abandonne Harkis et anciens combattants musulmans ruine nos ressortissants d'Outre Mer, dont ceux de l'Armée d'Afrique qui lui avaient permis de s'imposer aux Alliés, de participer à la Libération et à la signature de l'Armistice. Pour comble d'ingratitude, il est décrété que: « L'Etat ne doit rien aux rapatriés. L'indemnisation servie au titre de la solidarité nationale a juridiquement le caractère d'une avance sur les créances détenues à l'encontre des Etats étrangers! »
*
Notre déficit budgétaire atteint des profondeurs abyssales pour: Tenter de résorber un chômage incurable - Financer une Europe à plusieurs vitesses, démesurément agrandie sans préalables, et dont nous sommes le mauvais élève qui prétend la diriger aux cotés d'une Allemagne florissante - Servir 50% de l'aide internationale au développement à nos anciennes possessions et intégrer, loger, faire vivre, éduquer, soigner leurs millions d'immigrés à qui l'on a donné nos droits et dont nous transférons annuellement 13 milliards d'euros dans leurs pays d'origine, sans même exiger la moindre réciprocité puis qu'Accords d'Evian, Convention 1963 et Accords franco-tunisiens 1997, etc..demeurent lettres mortes, cimetières juif et chrétien de Tunis ont, entre autres, fait place à un jardin public et un hôtel de luxe, des cimetières militaires musulmans sont abandonnés, Français et leurs biens sont soumis à des d'exception, expropriations et nationalisations, etc..
Ce triste bilan résulte de l'angélisme d'une colonisation à l'envers. De Gaulle a abandonné les rapatriés tout en étant un« raciste » pour avoir déclaré« Il est bon qu'il y est des Français bruns, noirs ou jaune, car cela montre que la France est une nation ouverte; mais à condition que ces populations restent en très faible minorité, car le peuple français est de race blanche, de culture gréco-latine, et de religion chrétienne. Il doit donc le rester sinon la France ne serait plus la France. »
Par contre, J. Chirac a décidé le regroupement familial à l'origine de nos «quartiers difficiles », toléré les injures algériennes et l'ignorance des traités signés, comme son idole Mitterrand pour qui les immigrés étaient chez eux en France cependant qu'il qualifiait la Ve République de «Coup d'Etat Permanent» mais sans changer un seul iota de la Constitution afin d'en exploiter toutes les possibilités.
On en est ainsi arrivé jusqu'à: Refuser de voir les spécificités héréditaires des peuples, Interdire le recensement des immigrés selon leur provenance, Nier l'influence du passé, des mœurs, de l'Histoire des candidats à la francité. Une vulgate mutilante a propagé un monde imaginaire où la réalité des êtres et des choses s'évanouit devant l'opportunisme implacable du «politiquement correct »; Enfin et surtout, notre enseignement transmet largement ce culte, aidé du zèle envahissant de l'audiovisuel.
.
Dans l'attente d'une remise en ordre intérieure, ne va-t-on pas rabâcher les engagements pré-électoraux aux propriétaires de biens patrimoniaux en Tunisie spoliés sans la moindre indemnisation depuis 53 ans, tout en « bénéficiant » de huit accords coûteux mais inutiles puisque demeurés inappliqués. Pour comble d'imposture, J. Chirac a même décidé que ce contentieux est définitivement réglé alors que lois d'exception humiliantes, racistes et xénophobes ainsi qu'expropriations arbitraires et nationalisations gratuites perdurent.
Les intéressés se demandent donc ce qui va changer dans leur état d'immigrés de seconde zone sur le Sol National. Est-ce que le nouveau Pouvoir fera le ménage alors que d'aucuns clament l'irréversibilité de la situation?

Maré Marly le 27 juin 2007
ORRAND Gilbert, Président de l'ADEPT

~:::~~~~~~: t ,..
1) Cf« WEYGAND, années 1940-45 » par Georges HIRTZ. Imprimerie Esmenjaud 13120 Gardanene.
(2) Cf« Dans l'ombre du Maréchal » p.71, du Colonel REMY, Presses de la Cité 1971.