~ Au secours, où sont passés nos cimetières ! ~

De plus en plus de cimetières qui contiennent les dépouilles de nos ancêtres sont détruits pour être transformés en jardins publics ou pour être livrés aux promoteurs.
Il est vrai que certaines tombes ne sont plus entretenues, faute de descendants vivant sur place. Familles décimées ou dispersées depuis l'indépendance de la Tunisie.
Mais quand même, l'ambassade de France pourrait, au moins, nous avertir des intentions des municipalités. Non seulement nos racines sont coupées, mais on essaye par tous les moyens d'effacer le passé, que ce soit de la part des autorités tunisiennes ou que ce soit de la part des autorités françaises. Pourquoi l'ambassade de France ne répond pas à nos courriers ? Sommes-nous des chiens ? Quand les gouvernements ne protègent plus et ne respectent plus leurs morts, alors c'est la porte ouverte à n'importe quoi, c'est inexcusable et c'est scandaleux !

A - Etat actuel des cimetières

1/ Grand Cimetière chrétien de TUNIS (Bab El Kadra).
Entièrement démoli à la dynamite pour construire un grand Hotel de Luxe, avec parkings, dépendances et jardins.

2/ Cimetière du BORGEL de TUNIS
Contient la fosse commune où ont été tranférées les dépouilles du cimetière chrétien de Bab El Kadra non réclamées par les non résidents. Ce cimetière abandonné jusqu'en 2008 est, enfin, en cours de rénovation avec crédits de l'Ambassade de France.

3/ Grand Cimetière Israélite de TUNIS (Passage)
Entièrement détruit et remplacé par un jardin public. Dépouilles transférées au cimetière israélite du Borgel par la communauté juive résidant encore à Tunis.

4/ Cimetière de LA MORNAGHIA (banlieue de Tunis)
Abandonné, et en ruine après profanation.

5/ Cimetière chrétien de ZARZIS
Profané et complètement démoli, jonché de morceaux de marbres.
Il est probable que les autres cimetières du Sud Tunisien, dont nous n'avons aucune information, sont dans le même état (Médenine, Tatahouine, Ben Gardane, etc...).

6/ Cimetière israélite de Sfax
Etait à l'abandon et partiellement détruit jusqu'à ce que notre adhérent de SFAX, Georges DIDI, le rénove personnellement à ses frais.

7/ Cimetières militaires musulmans de la ligne Mahreth bordant la frontière de LYBIE
Ils contiennent les dépouilles des musulmans de l'Armée d'Afrique qui ont combattu en 1939-40 les unités de l'Armée Italo-Lybienne.
 

Ces cimetières ont été complètement abandonnés et profanés. La France ne s'en était pas occupé de 1940 à la décolonisation de 1954 !
La France est responsable de ces sacrilèges commis après la décolonisation, sans aucune protestation de sa part et sans informer les ressortissants Français de Tunisie des démolitions en cours ou projetées.

B - Des témoignages

1 - Le cimetière chrétien de Sousse
 

C'est ainsi que le cimetière de Sousse a été détruit et que les ossements ont été rassemblés pour être déposés dans des fosses communes, au bénéfice d'espaces verts et de jardins publics.....Ces photos montrent combien ce cimetière, mémoire des Français, mémoire de la France, a été oublié......
 

Voici ce que Mme Turki du Consulat de France a répondu, en 2005, au questionnement de la famille B. sur la destruction de ce cimetière :
"En réponse à votre interrogation, j'ai l'honneur de vous faire savoir que sous la responsabilité de la Municipalité de Sousse et en étroite collaboration avec ce Consulat Général, les opérations de désaffectation et de transfert de l'ancien cimetière chrétien de Sousse ont été réalisées entre les mois de septembre 1993 et décembre 1996.

Lors des différentes phases d'exhumation et de réinhumation, ce Consulat Général, par une présence quotidienne d'un de ses collaborateurs bénévoles sur les lieux, s'est assuré que les règles de décence et de respect ont bien été observées.

Ce nouveau site est situé sur la route de Kalaa Sghrira, Les principales infrastructures ont été réalisées par la Municipalité .
Mais en accord avec les autorités locales, une association intitulée "Association pour le Développement des Espaces Verts du Gouvernorat de
Sousse"(B.P N°34 -4051 SOUSSE KHEZAMA - Tel : 00.216.98.403.114)  née à l'initiative d'un groupe de ressortissants français résidant à Sousse et
ouverte à tous, oeuvre pour l'embellissement et l'entretien de ce nouveau cimetière, dénommé "Les Cyprès".

L'information des familles s'est faite par voie de presse locale, par le biais du Ministère des Affaires Étrangères et des associations de rapatriés.
L'ensemble des dépouilles mortelles ont été réinhumées sous dalle individualisée ou en sépulture collective.
Pour me permettre de vous indiquer l'emplacement actuel des restes de vos ancêtres, je vous demanderais de bien vouloir me communiquer leurs
noms et prénoms, leurs dates de décès ainsi que les références de votre ancien caveau familial.

Je me permets également de vous préciser que l'ancien site du cimetière a fait l'objet d'un total  réaménagement urbain par la Municipalité de Sousse.
Par ailleurs, lors de la procédure de désaffectation, aucune indication ne permet de relever la présence d' objets funéraires à l'intérieur de la chapelle funéraire de la famille B.......

Je vous prie d'agréer, Monsieur, l'expression de ma considération distinguée. "

Michèle TURKI

Indications supplémentaires d'un membre de la famille B. en visite à Sousse dans les années 1980.
En 1981 et 1983, le cimetière était déjà dans un état déplorable, avec des tombes éventrées, des sépultures ouvertes, des crucifix cassés et des dépôts sauvages d'ordures. Notre chapelle funéraire dans laquelle reposaient nos ancêtres établis en Tunisie depuis 1830, était en parfait état. Sa porte métallique cadenassée contenait différents objets (statues, chandeliers) et des plaques en marbre précisant le nom des personnes inhumées.

Nouvelle visite en 2008
En visite à Sousse en 2008, un des membres de la famille a constaté que la chapelle funéraire a été complètement détruite et qu'à la place du cimetière, il y avait maintenant des jardins et des hôtels "L'ancien cimetière Chrétien de Sousse, situé à proximité du cimetière Juif a été rasé, ainsi que l'ensemble des tombes, chapelles et mobilier funéraire, pour laisser place à des constructions. Seules les dépouilles ont été transférées. L'annonce de ces travaux n'a pas fait l'objet d'une annonce nationale de la part du Consulat; C'est une honte !
En dehors d'être mis devant le fait accompli, nous avons perdu les derniers vestiges et témoignages de la vie de nos ancêtre sur ce continent : mobilier de chapelle, chandeliers, plaques funéraires...Il ne nous reste que des photos......"
Les restes funéraires de tous nos ancêtres et de tous ceux qui reposaient dans ce cimetière, ont été rassemblés en sépultures collectives et recouverts par de grandes plaques de béton, ne comportant qu'un numéro, sans autre indication...... dans le nouveau cimetière Catholique "Les Cèdres" de Sousse au lieu dit : Kaala Seguira.
Il est situé au Nord Ouest de la ville, à 7 km du centre, à proximité du centre d'entrainement de football. Le cimetière est entretenu par l'ADEV.


2 - Le cimetière chrétien de Sfax
 

Le cimetière chrétien de Sfax est aussi dans un état lamentable et scandaleux. Tombes éventrées, végétation spontanée qui envahit les tombes. Le passé est en train de disparaître inexorablement dans le sable.......(Photos, G. Didi).
"Actuellement [il] est en cours de restauration à l'initiative de l'association "Diaspora Sfaxienne", siégeant en France et dont la Présidente est une ancienne Sfaxienne, professeur de Lettres, qui se dépense sans compter pour accomplir, au nom de tous, cet indispensable devoir de mémoire" (Georges Didi).

____________________________________________________________________________

3 - Réhabiliatation du cimetière juif de Sfax

M. Georges Didi, ancien résident de France Tunisie, a réussi le tour de force de réhabiliter le cimetière Juif de Sfax comme on peut le voir sur les photos ci-dessous. Voici ce qu'il nous a écrit.

"Ce cimetière, laissé à l'abandon depuis 1960, se trouvait à mon retour en Tunisie en 1988, dans un état de délabrement tel qu'il était devenu impossible d'y accéder en raison de l'envahissement de ce lieu par les ronces et autres végétations spontanées qui recouvraient les tombes et les allées d'accès aux monuments funéraires. Les murs d'enceinte effondrés et les portes d'entrées démontées et béantes, achevaient de donner à ce lieu saint un aspect sinistre.
Repris en main par mes soins et aidé pécunièrement par quelques bonnes volontés, bénévoles, ce cimetière se trouve à présent, après 8 années de restauration, dans un état qui honore nos défuns et nous donne le sentiment d'avoir accompli notre devoir de mémoire".
 

Aspect actuel du cimetière, côté Est.
(Photo G. Didi)
Vue d'ensemble, mais partielle, 
du cimetière réhabilité (Photo G. Didi)
Partie ouest, avec la stèle surmontant 
la sépulture de mon père. (Photo G. Didi)

______________________________________________________________________________

Les cimetières non militaires Français ont été abandonnés aux autoritées Tunisiennes.
Le cimetière de Bab El Kadre a été détruit pour construire un hôtel de luxe. Tous les ossements ont été mis en fosse commune au cimetière du Borgel.
_______________________________________________________________________________

4 - Etat de deux cimetières concernant la famille H.

Voici ce que notre correspondant nous signale :
"Pour ce qui concerne les miens, RAS, concernant le cimetière du Borgel à Tunis ; nos deux tombes sont entretenues par un jardinier qui est sur place, depuis pratiquement notre départ. Bien entendu, je vérifie et veille personnellement au bon état de ces sépultures,  dans lesquelles reposent notamment mes grands parents paternels.

En revanche, je sais, pour l'avoir constaté, que le cimetière de la Mornaghia est, ou plutôt, était il y a 10 ans, dans un état de profonde lamentation. Toutes les tombes étaient ouvertes, y compris certains cercueils, notamment une sépulture au nom de la famille G.
Je ne sais si ce cimetière a été "rasé", car il servait, à l'époque de terrain de jeux ...

J'avais écrit à l'Ambassade de France à Tunis, car nous n'avions pas été en mesure de retrouver, ne serait-ce que l'emplacement de la tombe !
Cette même ambassade m'avait déclaré que chaque famille française se devait d'entetenir ses tombes...

 JM. H..

_______________________________________________________________________________

5 - Témoignage de Mme R.

Il y a une quinzaine d'années j'ai été chargée par l'AFNART de renseigner sur les cimetières.

- A l'époque j'ai vu le cimetière du Bardo complètement profané, tombes ouvertes, cercueils découpés au niveau des têtes et des mains pour récupérer dents en or et bagues éventuelles. L'AFNART avait alors protesté auprès de l'ambassade de France, laquelle avait agit surtout à Bizerte.

- Quand aux cimetières du Sud (Zarzis, Djerba, Gabès etc...) les ossements restants avaient été regroupés, dans de grandes gargoulettes placées dans le cimetière de Sousse. Mais je crois savoir que le cimetière de Sousse a été désaffecté récemment.

- Le Cimetière de Nabeul était en projet de transfert il y a 2 ans. Il était prévu un lieu de regroupement des restes non enlevés par les familles.

- Le Cimetière de Mégrine était l'an passé en état, avec un gardien.

- Le Cimetière de Pont du Fahs avait complètement disparu, devenu un lieu de passage, en terre battue, car en plein centre.

_______________________________________________________________________________

6 - Témoignage de Mme C. L.

Voici les informations que j'ai recueillies concernant le cimetière chrétien de Madhia (Tunisie).

En 1977, la commune de Madhia a ordonné le transfert du cimetière chrétien de Zouila El Khalia avec promesse de reconstruction, à l'identique sur un terrain localisé à Sidi Messaoud Hiboune à la sortie de la ville.

Dix ans après ces promesses, seule la crypte est réédifiée. Le nouveau cimetière laissé à l'abandon n'est que partiellement clôturé. Il est pillé et vandalisé.

En 1990, devant l'inertie de la commune, Monsieur Guy Ellul, originaire de Madhia depuis plusieurs générations crée l'Association des Chrétiens de Madhia afin de reconstruire le cimetière à ses frais. Accepté par la commune, le permis de construire à l'identique est refusé par les villageois voisins. Monsieur Guy Ellul ayant gardé d'excellentes relations avec les autorités de la ville propose un compromis et fait clôturer le cimetière et réaliser un mémorial dont vous trouverez, ci-joint, les photos.

_______________________________________________________________________________

7 - Témoignage de M. G. D.

Je ne peux, hélas, vous documenter que sur ceux de Sfax.

Il faut savoir qu'il existe 3 cimetières européens à Sfax.
- Un cimetière Anglais où sont inhumés les soldats britanniques tombés au champ d'honneur durant la dernière guerre mondiale, et qui est parfaitement entretenu par les soins de la Grande Bretagne.
- Un cimetière Chrétien dont la "Diaspora Sfaxienne" essaie tant bien que mal de réhabiliter; la Présidente de cette association réside d'ailleurs à St Germain en Lays.
- Un cimetière Juif que j'ai personnellement réhabilité dès 1990 et que j'entretiens à mes frais jusqu'à ce jour.
Ce cimetière est, paraît-il, un exemple en tant que respect du devoir de mémoire, aux dires des visiteurs étrangers dont les parents sont inhumés à Sfax.

_______________________________________________________________________________

7 - Témoignage de J. G.

Bonjour,

Je suis également intéressé par les cimetières d'Algérie car ma famille a émigré de Franche Comté à RENIER, près de OUED ZENATI, région de Constantine, où l'une de mes tantes est enterrée. Puis il sont allés à Bône où reposent mon arrière Grand Mère et un oncle.
Mes ascendants ont atterri en Tunisie par la construction du chemin de fer Bône, Guelma, Gardimaou, Tunis où je suis né, et où notre caveau contenant une dizaine de membres de ma famille a été détruit avec le cimetière de Bab el Khadra. Fort heureusement j'ai été informé à temps par le bouche à oreille pour faire transférer les miens au cimetière du Borgel avant qu'ils soient évacués en fosse commune.
L'Ambassade ne nous avait pas prévenus de ce sacrilège et des centaines de dépouilles ont été transportées en fosse commune.

Amitiés