ASSOCIATION NLE POUR LA DEFENSE DES BIENS PATRIMONIAUX FRANCAIS EN TUNISIE  (A.D.E.P.T.)
110 Route de l'Etang 7875 Mareil Tél/Fax 01 39 58 69 24
Site internet : http://www.adept-tunisie.com      Email : asadept89t@adept-tunisie.com
AE 20070702
Monsieur Denis FADDA
Président du CLAN.R
Maison des Rapatriés
7 Rue Pierre Girard
75019 PARIS
REFERENCE (ci-joint) : Lettre aux Affaires étrangères et Jacques CHIRAC

Monsieur le Président,

J'ai pris connaissance de la Plate Forme de Revendications des Rapatriés avec d'autant plus d'intérêt que la Tunisie n'y est pas oubliée.

Mes liens avec l'Algérie sont particulièrement étroits pour deux raisons :
- Paysans en Franche Comté dont une grand mère et cinq enfants en bas âge, mes ascendants ont émigré pour cultiver un "lot de colonisation" du Constantinois qui s'est révélé une friche inexploitable dans une région partiellement pacifiée. Complètement ruinés, ils ont participé au prolongement du chemin de fer "Bone-Guelma" en Tunisie, où notre pays devait leur offrir une seconde ruine.
- J'ai terminé la guerre d'Algérie avec deux blessures, après avoir pacifié un secteur du Sud Algérois par la création de 20 autodéfenses et 20 écoles, avec 600 Harkis ainsi que 800 Français et Algériens du contingent. Abandonnés par la France, nombre de ces Harkis ont été sciés vivants.....

C'est donc en connaissance de cause que je vous adresse mes commentaires sur votre plaquette.
- L'abandon de l'Algérie est consécutif à celui du Maroc et de la Tunisie qui date de 1954, soit 53 ans.
- La France a également toléré que les cimetières civils et militaires de Tunisie, Juifs et Chrétiens, soient profanés, sans nous informer, entre autres, de la destruction de ceux de Tunisie, avec transfert des dépouilles en fosses communes, pour construire jardin public et hôtel de luxe sur leurs emplacements.
- Nous souhaiterions aussi que soit archivée la période française de Tunisie. Mais la France a plié bagages en abandonnant la totalité des archives; il en résulte des problèmes identiques à ceux de l'Algérie.
- Pour avoir participé aux campagnes de l'Armée d'Afrique, de 1939 à 1962, je puis vous affirmer qu'en Indochine les régiments tunisiens, marocains et africains, ont également payé un lourd tribu.

Comme vous le savez, je demeure convaincu de la nécessité de s'impliquer dans les prochaines élections, au même titre que d'autres minorités, sous peine que les Rapatriés dispersent à nouveau leurs votes, ou se réfugient naturellement dans une contestation sans issue, identique à celle du 1er tour des dernières présidentielles, et soient encore victimes de promesses non tenues.
Il importerait donc de leur recommander un candidat ayant des chances d'être élu avec un programme électoral intégrant notre plate-forme.
Les vedettes étant à la recherche d'appoints suceptibles de faire pencher la balance en leur faveur, nous ne les intéresserons que par une fédération ralliant la plupart de nos 2.000 associations et amicales.

Or, repentance; modification de l'art. 4/Loi de Février 2003; colonisation à l'envers considérée comme une chance pour la France; émeutes répétitives, scandaleuses et coûteuses des banlieues; mépris du Pouvoir pour ceux qui ont émigré à son appel pour mettre en valeur nos territoires d'Outre Mer; etc... motivent désormais tous les rapatriés, dont ceux qui avaient tourné la page.

A cet égard, une évolution est en cours puisque N. Sarkozy a déclaré le 07/02/2007 à Toulon que, s'il était élu, il réglerait l'injustice qui frappe les Rapatriés. En l'occurence nécessité fait loi car, courant 2006, il avait rejeté mes sollicitations, craignant fort probablement que nous lui portions tort.
Cette prise de position va probablement en entraîner d'autres, si bien que les candidats favorables à notre cause risquent d'être plus nombreux que prévus.

Les prochaînes élections constituant une chance qui ne se représentera pas avant longtemps, l'union sacrée est d'une nécessité absolue.
A cet effet, l'ADEPT est prête à utiliser largement la plaquette du Comité, s'il est possible d'en obtenir une demi douzaine pour nos délégués Régionaux qui sont en contact avec adhérents et rapatriés des quatre coins de l'Hexagone.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance de mes sentiments les meilleurs.

P. S. A titre d'information, je vous communique la lettre citée en référence.

Gilbert Orrand
Président de l'ADEPT
Le 07-02-2007