A Monsieur Gilbert ORRAND, Président  de l' ADEPT
et aux 1300 adhérents de l'Association Nationale pour la Défense des Biens Patrimoniaux Français en Tunisie
 
Cher Président, Chers Compatriotes et Amis,
 
Merci de votre soutien et de votre rappel historique qui devrait être lu dans toutes les écoles et appris par tous les petits Français.
 
Vous êtes très nombreux à avoir répondu à notre appel et nous allons publier votre envoi sur notre site. Nous l'adressons à MM. Bachy, Corbin de Mangoux et Eric Etienne pour qu'ils en réfèrent au Chef de l'Etat et au Premier Ministre.
 
Alors que nous attendons depuis 1984 la création du Mémorial des Français d'AFN et d'Outre-mer à Marseille, c'est à dire depuis 24 ans !, il n'a fallu que 5 ans pour réaliser le Musée de l'Immigration, Porte Dorée à Paris dans le Palais Lyautey dont la vocation initiale était de montrer aux Français de métropole l'oeuvre de la France en Outre-mer, et seulement 4 ans pour réaliser l'Historial Charles de Gaulle, assassin de plus de 100.000 harkis et de plusieurs milliers de pieds-noirs.
 
Les hommes politiques et les hauts fonctionnaires qui ne dénoncent pas publiquement ces crimes reconnus désormais par tous les historiens, la LDH et de nombreuses personnalités de toutes sensibilités, du professeur Maurice Allais, prix Nobel d'Economie, à Michel Tubiana, Jean Lacouture, Jean Daniel et aussi Georges-Marc Benamou, conseiller du Président de la République, se font les complices de ce crime contre l'Humanité. N'oublions pas que le candidat Nicolas SARKOZY, lors de la réunion des représentants harkis au siège de campagne de l'UMP, le 31 mars 2007, en avait pris conscience en disant :  "Si je suis élu, je veux reconnaître officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de "musulmans français" qui lui avaient fait confiance, afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois.". Hamlaoui Mekachera était présent, comme MM. Claude Guéant, Bachy et de nombreux Présidents et représentants de la communauté harkie. Cette déclaration historique a été présentée sur le site de l'UMP durant toute la campagne électorale. Le Monde et Libération l'ont reprise. Ils ne peuvent l'avoir eux aussi oubliée. Tout le monde peut encore la voir grâce à Internet.
 
En "oubliant" son engagement Nicolas SARKOZY se qualifie lui même d'assassin. A moins que les mots n'aient plus de sens. Déjà le général De Gaulle dans sa conférence de presse du 23 octobre 1958 avait affirmé : "Quelle hécatombe connaîtrait l'Algérie si nous étions assez stupides et assez lâches pour l'abandonner."  C'est pourtant ce qu'il fit en toute connaissance de cause. C'est donc à un homme stupide et lâche que Nicolas Sarkozy fait référence et a rendu honneur en inaugurant  l"Historial" Charles De Gaulle. En pensant probablement que les victimes du 19 mars 1962 allaient l'applaudir ! A force de croire que l'on peut construire la grandeur de la France sur une somme de bassesses, le Président de la République risque d'aller vers de graves désillusions. L'avantage les déclarations "gaullistes" c'est qu'on y trouve tout et son contraire, comme à la feu Samaritaine. On sait ce qu'est devenu depuis ce bazard.
 
La perte de popularité du Chef de l'Etat dans les sondages en est l'illustration la plus visible. Et ce n'est pas par des réponses vulgaires qui pourra retrouver un peu de confiance du Peuple, qui en France, selon notre Constitution est souverain. L'a-t-il oublié aussi lui qui n'a qu'un mandat provisoire de 4 ans et 3 mois ?
 
Nous n'avons pas de conseil à lui donner, mais s'il veut regagner l'estime des Français "rapatriés", qu'il tienne avant fin février les promesses qu'il leur a faites.  Il a déjà eu 9 mois pour le faire et à laisser passer de belles occasions, comme la rencontre du 5 décembre 2007 à l'Elysée. Plus nous serons nombreux à le dire publiquement plus nous aurons de chances qu'il réponde à nos légitimes attentes. N'ayant rien à perdre nous avons tout à gagner.
 
Si ce n'est pas le cas, pour ceux qui veulent marquer de façon visible leur déception lors des prochaines municipales, des bulletins de vote sont déjà disponibles (cf. modèle ci-joint) et à la rubrique "Elections" sur notre site. Ces bulletins sont parfaitement légaux et seront comptabilisés et analysés par les RG comme tous les bulletins nuls. Mme Alliot-Marie nous l'a confier lors des élections européennes de 2000 (voir sa lettre sur notre site).
 
Nous sommes deux millions de "rapatriés". Et nous avons beaucoup d'amis. Ce n'est pas rien et dans beaucoup de villes, les candidats ne pourront pas être élus sans nos voix. Faites leur savoir. Nous ne voterons que pour les candidats qui auront eu le courage de demander publiquement au Chef de l'Etat de tenir ses promesses envers nous.
 
Nous savont que votre exemple va être suivi, en mémoire des sacrifices des générations déjà disparues, par toutes les associations qui défendent avec honneur et courage les intérêts moraux et matériels des Français "rapatriés" spoliés depuis plus de 46 ans par tous les gouvernements français. N'oublions pas que la Ve République est née de la révolte pacifique des Français d'Algérie un certain 13 mai 1958. Il y a 50 ans bientôt.
 
Comme le disait un certain candidat lors des présidentielles : Ensemble tout est possible !
 
Merci de faire circuler à vos parents, proches et amis ce message.
 
Avec nos remerciements et nos amitiés.
 
 
Bernard Coll
Secrétaire général de JPN
Au service des PN et Harkis de façon continue depuis 1974
né à Alger (Bab-el-Oued) - 1947 - Cadre (ER), Co-auteur du "Livre des Harkis" (1991)
Tel : 01 69 41 01 12 - 06 80 21 78 54 - Voir site http://pagesperso-orange.fr/jeunepiednoir/jpn.wst
 
______________________________________
 
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 
Jeune Pied-Noir demande que l’Historial De Gaulle des Invalides soit transformé en Mémorial national des 150.000 Harkis, des milliers de Pieds-noirs et militaires assassinés par le « crime d’Etat » du 19 mars 1962.
 
LES TEMOIGNAGES ET LES ARCHIVES OFFICIELLES ACCUSENT
LE GÉNÉRAL DE GAULLE DE CRIME CONTRE L'HUMANITÉ
 
En ce jour où le Président de la République va inaugurer l’Historial Charles De Gaulle, le rappel des ordres criminels donnés par le général De Gaulle lors des séances du Comité des Affaires algériennes, qu'il présida de 1959 à 1962, confirme les inquiétudes exprimées par Raymond Aron dans ses mémoires (1) : "les harkis, pour la plupart, furent livrés à la vengeance des vainqueurs sur l'ordre peut-être du général de Gaulle lui-même qui par, le verbe, transfigura la défaite et camoufla les horreurs...". Cette action criminelle fut dénoncée au Parlement dès mai 1962 par le Bachaga Saïd Boualam, Vice-Président de l'Assemblée Nationale, et par le Professeur Maurice Allais, Prix Nobel d'Economie, dans son ouvrage "L'Algérie d'Evian" (L'Esprit Nouveau - mai 1962 – réédition JPN - mars 1999). Le président algérien Abdelhaziz Bouteflika a reconnu ce massacre en déclarant sur Radio-Beur FM, en octobre 1999, parlant de la répression contre le GIA : « Nous ne faisons pas les mêmes erreurs qu’en 1962 où, pour un harki, on a éliminé des familles et parfois des villages entiers ». (La Croix du 17 juin 2000).
 
Dans ses ouvrages « Les archives inédites de la politique algérienne –1958-1962 » et « Les combattants musulmans de la guerre d'Algérie, des soldats sacrifiés » (L’Harmattan) (2) le général Maurice Faivre a  publié les ordres donnés par le général de Gaulle à ses ministres qui se traduisirent par le fameux télégramme de Louis Joxe et par les directives sur le terrain des généraux Ailleret et Katz. Ces ordres aboutirent aux massacres annoncés par le général de Gaulle lui-même dans son allocution radio-télévisée du 23 octobre 1958, et prévus par Alain Peyrefitte dans son ouvrage d'octobre 1961 "Faut-il partager l'Algérie ?" (Plon) (3). Plus de 150.000 harkis et 25.000 pieds-noirs furent victimes de ces directives (4). Devant cette accumulation de preuves officielles et de témoignages concordants, les Associations représentatives des Français d'outre-mer, réunies le 22 septembre 1995 au Sénat, ont adressé un message au Président de la République en lui demandant de reconnaître officiellement la responsabilité de la Ve République dans les massacres ayant suivi le 19 mars 1962. Ce message a été depuis co-signé par plus d’une centaine associations et par plus de 15.000 Français. Le 30 août 2001, les Harkis déposaient une première plainte pour crime contre l’humanité. Les 13 mars et 5 juillet 2003, 40 familles de disparus pieds-noirs déposaient  deux nouvelles plainte pour crime contre l’humanité. Depuis de nombreuses personnalités, comme Michel Tubiana, G-M Benhamou, Jean Daniel et Jean Lacouture, demandent la reconnaissant de ce crime.
 
La responsabilité des faits est désormais reconnue par la majorité des acteurs, des historiens (5), par la quasi-totalité des responsables politiques actuels (6) et par la loi du 23 février 2005. Le candidat Nicolas Sarkozy s’était s’engagé le 31 mars 2007 devant les représentants de la communauté harkie : « Si je suis élu Président de la République, je veux reconnaître le massacre et l’abandon des harkis et de milliers d’autres « musulmans français » qui lui avait fait confiance, afin que l’oubli ne les assassine pas une nouvelle fois ».  En honorant aujourd’hui leur bourreau et en oubliant ses victimes, le Chef de l’Etat se rend à la fois complice d’un crime contre l’Humanité et d’un génocide mémoriel.
 
Bernard COLL - Secrétaire général de JPN (7)
 
(1) - "50 ans de réflexion politique" - p.388 – Juliard - (2) - Maurice Faivre est aussi l'auteur de l'ouvrage « Un village de harkis » (Edition L'Harmattan) - (3) A. Peyrefitte confirme les directives du Chef de l'Etat dans "C'était de Gaulle" - Fayard 1995. Les ordres du général étaient déjà connus grâce aux ouvrages de Raymond Tournoux (4) - Selon les chiffres de M. André Santini, ancien Secrétaire d'Etat aux Rapatriés (Le Figaro du 15  juin 2000) - (5) - Cf. les souvenirs de MM. Robert  Buron, Pierre Joxe, Pierre Messmer, Alain Peyrefitte, Jean-Pierre Chevènement, Hervé Bourges ... ainsi que les multiples études publiées sur le massacre des harkis depuis 20 ans. -(6) - Enquête menée par Jeune Pied-Noir lors des élections de 1993-94, 95 et 2007. Les résultats ont été publiés dans le magazine "Pieds-Noirs d'Hier et d'Aujourd'hui"  et sont disponibles auprès de l'association – (7) Jeune Pied-Noir est l'éditeur du "Livre des Harkis" (1991), ouvrage retraçant la vie, les combats et le drame des harkis à partir de leurs témoignages et de documents d'archives (300 photographies).

E-mail : jeunepiednoir@wanadoo.fr - Site Internet : http://pagesperso-orange.fr/jeunepiednoir/jpn.wst