Monsieur le Président du CLAN.R,
CL 20080407
Notre association a tenu son AG 2008 le 04 avril dernier. Je vous en ai communiqué notre rapport moral soulignant la nécessité de s'unir et de parler un même langage. A cet égard, l'Assemblée a voté une résolution remerciant le CLAN.R de nous avoir, entre autres, réservé une Fiche dans la Plaquette de ses revendicatios et de nous avoir permis d'être auditionnés par le CES.

En outre, l'AG m'a demandé de solliciter votre appui à l'occasion de la prochaine visite d'Etat du Pt de la République à Tunis. Vous savez en effet qu'à l'issue de sa visite d'Etat à Tunis en décembre 2003, J. CHIRAC a décrété qu'il avait défiitivement réglé le contentieux immobilier franco tunisien par un Protocole d'Accord signé avec le Pt BEN ALI, mais demeuré secret.

Par la suite, nous avons constaté qu'en fait les choses demeuraient en l'état, sans la moindre indemnisation, avec 8 accords toujours inappliqués depuis 54 ans, des lois d'exception nous privant de notre droit de propriété, des expropriations et des nationalisations arbitraires, des biens fonciers gérés par des administrateurs tunisiens incontrolables,  classés en catégorie sociale et invendables à de justes prix en raison du blocage des loyers à des niveaux dérisoires, et souvent impayés, rendant impossible entretien et réparations de graves dégradations locatives,. ...etc.

Depuis lors, les organismes gouvernementaux chargés des rapatriés, (MIR, Affaires étrangères, Ambassade de France en Tunisie, etc..)  ne veulent plus entendre parler de notre spoliation définitivement apurée par J. Chirac !
De ce fait, ils estiment que l'ADEPT n'a plus aucune raison d'être; notre maigre subvention a été supprimée par la MIR, dont  les Présidents CHARRON ET BACHY  m'ont reçu en 2005 et 2006 pour me dire que ne connaissant rien des problèmes concernant la Tunisie, ils me rappelleraient après s'être renseignés. Mais j'attends toujours leur convocation. Affaires étrangères et Ambassade de France à Tunis refusent désormais de me recevoir.

C'est pourquoi notre AG a souhaité qu'à l'occasion du prochain déplacement de notre Président en Tunisie, vous lui rappeliez que le contentieux immobilier franco-tunisien perdure,  et qu'en conséquence  vous lui demandez de bien vouloir intervenir auprès de l'Ambassadeur de France à Tunis, ainsi que du Ministre des Affaires étrangères et du Président de la MIR (qui seront du voyage) pour que ces Autorités cessent d'ignorer notre association et les raisons de son existence.

Si vous le souhaitez, je vous proposerai d'exploiter à votre guise une lettre au Président de la République résumant nos doléances et les motifs de votre intervention.

Dans l'éventualité d'un agrément de votre part, l'Elysée devrait être alerté dans les meilleurs délais. A Tunis, nous risquons en effet de constater une première application du Rapport CES, et d'entendre un discours identique à ceux d'Alger et Constantine, d'autant que l'apurement mensonger de notre contentieux ne peut que faciliter l'élaboraion de l'Union méditerranéenne.

Merci par avance pour votre aimmable compréhension.

Trés cordialement.

Gilbert Orrand, Président de l'ADEPT-Tunisie