Chers amis,
AE 20080806
Rentré à Mareil le 29/7, j'ai trouvé le message suivant de l'Ambassadeur de France en Tunisie qui n'avait pas répondu à ma demande d'audience pendant mon séjour de presque deux mois à Tunis. En partant je lui avais fait parvenir, à toutes fin utiles,  "Note aux dhérents et mémoire" en pièce jointe.

- Réponse de Mme Debrem, de la part de l'Ambassadeur

J'ai bien reçu votre fax (nom nominativement adressé) et je me proposerai de vous recevoir, à votre convenance, la première quinzaine du mois d'août.
Je ne sais si vous êtes encore à Tunis et si cela peut vous convenir.
Merci de me dire quelles dates vous conviendraient !

Serge DEGALLAIX (Ambassadeur de France en Tunisie)
 
 

- Voici ma réponse à la Secrétaire de son Excellence, Mme Debrem, avec copie à M. Demarquis, Ditecteur des Affaires Consulaires et de la Protection des Biens Français à l'Etranger du Ministères des Affaies étrangères et européennes.

Madame;

Comm tous les ans, j'ai passé juin et juillet à Tunis pour les besoins des adhérents de notre association, en liaison avec notre avocate tunisienne, Me TEKAYA Samia, et tenter de vendre mes propres biens.
J'ai reintégré mon domicile le 29 courant après avoir vainement attendu une réponse à ma demande d'audience.
Courant août, je devrais subir une cure thermale pour blessure de guerre.
Il me sera donc impossible de me rendre à l'Ambassade de Tunis au courant de la première quinzaine du mois d'Août.
Depuis la signature du Protocole d'accord, secret, du 04/12/03 par le Président CHIRAC, les organismes gouvernementaux chargés des Rapatriés refusent tout débat contradictoire sur le soit-disant apurement définitif du contentieux immobilier franco-tunisien. Pourtant, en tant que victimes expiatoires, subissant la vindicte tunisienne et l'ostracisme français, nous sommes  bien placés pour affirmer que ce Protocole, secret, n'a malheureusement rien changé d'essentiel à notre situation.
Chacun sait qu'un traité, comme une loi, n'est valable que par les modalités de son applicaton effective.
Or, les accords franco-tunsisiens ont, en ce qui nous concerne, la particularité de n'avoir jamais été appliqués, si ce n'est quelques uns de leurs articles à l'avantage cynique des tunisiens : OPA des accords 1984-89 avec évaluations de nos biens par des experts tunisiens sans contre-partie française; article 14 de l'accord 1984;  décision de la commission mixte du protocole d'accord, secret, de 2003 d'inviter les propriétaires français à saisir la justice tunisienne pour des dossiers qui ne peuvent être apurés que par des négociations d'Etat à Etat, comme l'a précisé le Conseil Economique et Social , etc..

En tant que Président de l'ADEPT, et ancien combattant de l'Armée d'Afrique ayant participé à toutes les opérations de 1939 à la guerre d'Algérie, j'étais auparavant invité à la réception officielle du 14 juillet. J'y  représentais nos Rapatriés, non résidents à l'origine de la mise en valeur de la Tunisie et,  pour la plupart d'entre eux, anciens combattants de l'Armée d'Afrique, ayant notamment participé à la Campagne de Tunisie 1942-43 et à Libération du Territoire National de 1943 à 1945.

A présent, le Président de l'ADEPT  est  même exclus de la réception populaire.

Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes respectueux hommages.