REVENDICATIONS PRIORITAIRES POUR LES HARKIS
"Après le temps de la douleur,
vient celui de la réparation et de la reconnaissance... "
Le Premier Ministre, le 5 décembre 2004
1/ La reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat dans le drame des Harkis après le 19 mars 1962 :

Le Président de la République, lors de la journée d'hommage aux Harkis le 25 septembre 2001, et la Loi du 23 février 2005 n'ont fait qu'esquisser cette reconnaissance.
Nous demandons une reconnaissance officielle de la responsabilité de l'Etat et une réparation morale et matérielle des préjudices vis à vis des Harkis et leurs familles. Le gouvernement français de 1962 avait en effet le devoir de porter assistance à ces personnes en danger, d'évacuer ses ressortissants menacés ou d'intervenir pour faire respecter les accords d'Evian.

2/ La libre circulation des anciens Harkis en AI!!érie - principe de non discrimination entre les citoyens francais et réciprocité entre les deux États

Le gouvernement français doit obtenir de l'Etat algérien la reconnaissance officielle de ce principe de libre circulation des anciens Harkis et d'égalité des droits fondamentaux entre tous ses citoyens.
Plus largement et en préalable à tout partenariat renforcé avec l'Algérie, la France doit faire respecter l'histoire et la mémoire des Français rapatriés d'Algérie.

3/ Fondation pour la mémoire et l'histoire des Harkis

La création d'une « Fondation pour la mémoire de la guerre d'Algérie» dont le principe avait été établi dès 2003 ne semble pas devoir se concrétiser.
Nous renouvelons notre demande ancienne d'une fondation spécifique pour les Harkis pour faire connaître leur histoire en Algérie avant 1962 et leur situation en France après leur repli.
Nous demandons en parallèle une ouverture totale des archives et une enquête sur le sort des disparus en 1962, en liaison avec les autorités algériennes si une coopération est possible.

4/ Egalité des chances - Handicaps socio-économiques

De nouvelles mesures de soutien ciblées doivent réparer les séquelles subies par les Harkis, leurs épouses et leurs enfants qui ont transité et vécu en ghetto dans les camps, les Hameaux de forestage ou les cités afin de rétablir l'égalité des chances qui a manqué au départ. Des organismes comme l'Ancsec (Ex FAS) devraient réserver une part de leur financement à des projets facilitant la pleine intégration des enfants d'anciens « Harkis et assimilés ».

Dans le même esprit, une attention particulière devrait être portée à la présence et à la visibilité dans les structures de l'Etat de certains membres de la collectivité Harki, dont le mérite et le parcours sont reconnus et les compétences adaptées à ces postes.

5/ Les Harkis restés en Algérie

Lorsque des descendants de Harkis ou même des Harkis qui n'ont pas gagné la France dans les années 60 -du fait des entraves de l'époque- souhaitent s'établir en France, une attention particulière doit être réservée à l'examen de leur demande.