DIV 20040826
ASSOCIATION NIe POUR LA DEFENSE DES BIENS PATRIMONIAUX FRANCAIS EN TUNISIE (A.D.E.P.T.)
110, Route de l'Etang 78750 MAREIL MARLY Tél. 01 39 58 69 24

Monsieur JF. VALLA T
Secrétaire Général du CLAN.R
95 rue d'Amsterdam
75008 PARIS

OBJET : Grand Congrès Unitaire du CLAN à Toulouse, le 09/10/04
REFERENCE (ci-jointe): Ma note du 26/8/04 aux Administrateurs de l'ADEPT

Monsieur le Secrétaire Général,

    Votre lettre datée du 10/9/04, nous demande de mobiliser adhérents, amis et familles pour assister au congrès cité en objet, «qui a l'ambition de réunir tous les rapatrés, bien au-delà de nos associations, afin de faire pression sur 1e gouvernement quelques jours avant l'étude en 2e lecture par le Sénat, de la 4e loi sur les rapatriés.»

    Cette initialtive nous semble excel1ente, malgré les observations suivantes :
    - Au lieu de se constituer en Fédération aussitôt après la décolonisation catastrophique des années 50 et 60, les rapatriés se sont dispersés en 2000 associations et amicales (Cf livre de Mme COHEN) si bien que les gouvernements n'ont pas eu à nous diviser pour règner. Ce contexte perdure depuis 50 ans.
    - Le Comité de Liaison se constitua initialement en un cercle fermé d'une demi-douzaine d'associations qui refusèrent d'intégrer l'ADEPT et de s'élargir.
    - L'extension de ce cénacle en CLAN eut finalement lieu en 1999. Nombre de demandes d'adhésion furent alors rejetées. Un dénommé Petitjean, ex Président de l'ANFANOMA, a même eu le front de demander que je sois sanctionné pour avoir plaidé, trop bruyamment à son gré, en faveur d'une Fédération rassemblant le maximum d'associations.
   -  Si le Comité de Liaison nous avait suivi, ses amendements de la 4e loi "Rapatriés" auraient peut-être eu plus de succès, et il serait suceptible de motiver en un mois un nombre important d'associations et d'amicales qui, dans les conditions actuelles, risquent de faire la sourde oreille.
    - Enfin. le CLAN s'occupe essentiellement de l'Algérie. Il n'y est jamais question de la Tunisie alors qu'après sa visite d'Etat dans ce pays, le Président de la République nous a honteusement assuré du réglement définitif du Contentieux immobilier vieux de 50 ans, alors qu'en fait le statut quo perdure.

    Considérant avoir défïnitivement réglé les problèmes de la décolonisation par sa 4e loi "Rapatriés", le pouvoir entend consacrer ses charges étatiques de décolonisation à l'intégration des immigrés, comme le prouvent des faits incontestables tels que: Coût de plusieurs centaines de milliards de cette opéation qui grêve les budgets de l'Etat, et de la sécurité sociale; prive les
Français de HLM, engorge les tribunaux et prisons, fait de notre pays le mauvais élève de l'Europe, etc...Mensonge éhonté de J. CHIRAC à l'issue de sa visite d'Etat en Tunisie de décembre 2003; Invitation du terroriste Bouteflika, à l'exclusion du roi du Maroc et du Président Ben Ali, à l'anniversaire du débarquement des l'Armée d'Afrique sur les côtes de Provence; Occultation de cette opération pendant un demi-siècle de peur que soit minimisée l'action corrélative de 1a Résistance et de la 2e DB, et qu'il soit rendu hommage aux Pieds Noirs ainsi qu'au Général WEIGAND, qui fut interné dans un camp de prisonnier par ordre
d'Hitler en personne, pour avoir créé dans le plus grand secret le noyau actif de cette Armée aussitôt après l'armistice de 1940; etc...

    Notre problème est donc essentiellement politique. Avec leurs descendants alliés à des familles métropolitaines par des liens matrimoniaux, les rapatriés et leurs amis représentent potentiellement quelques 10 à 13 % de l'électorat. En 2007, ils seraient en mesure de faire basculer aussi bien les présidentielles que le référendum sur la constitution européenne, la défense de nos intérêts impliquant la contestation à l'exclusion de toute idéologie.
    Mais, en un demi-siècle après la décolonisation, de nombreux rapatriés sont démobilisés et ne veulent plus entendre parler du passé et des associations qui, par leurs dissenssions, n'ont jamais été en mesure de leur apporter grand chose.

    Comptant 20.000 propriétaires et ayants droits qui, avec leurs familles et leurs descendants intégrés dans des familles métropolitaines généralement acquises à la cause des rapatriés, totalisent quelques 150.000 électeurs potentiels, l'ADEPT n'a jamais baissé les bras, comme le prouve la Note de référence.
    Puisque point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, nous ferons campagne en faveur du congrès unitaire du CLAN, en espérant que la Tunisie sera désormais prise en compte.

    Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l'assurance de ma considération distinguée.

Chatel Guyon le 26 août 2004
ORRAND Gilbert, Président de l'ADEPT